Chargement…

Et vous vous êtes expert de quoi ?

Souvent je dois répondre à la question « Et vous vous êtes expert de quoi ? », les réponses attendues sont souvent pré-formatées et donc dénuées de sens.

Essayons de traduire :
  • « La transformation des entreprises » : plutôt le management des indicateurs de l’entreprise
  • « La conduite du changement » : quand cela n’est pas une reconduite à la frontière de l’entreprise…
  • « Le management par les coûts » : c’est une reconduite à la frontière de l’entreprise…
  • « L’optimisation des ressources humaines » : tout est dit
  • « L’accompagnement technologique, Le digital à tous les étages » : le disruptif donc, avec tout ce que cela implique comme souffrance pour ceux dont on dit « qu’ils ne sont plus à même de comprendre les nouvelles technologies ».
C’est tellement évidement que l’on n’en parle plus : moi, je suis expert de la conduite des « gens » de l’entreprise.
Et bien oui, on oublie vite que l’entreprise est faite « d’humains », c’est comme avec l’amour de vos proches, c’est tellement évidement que vous ne leurs dites plus, c’est tellement évidement que vous ne leurs prêter plus de petites attentions, c’est tellement évidement que vous ne vous souciez plus de leurs envies, de leurs attentes, de leurs demandes, de leurs motivations intrinsèques à rester avec vous en dehors d’un certain confort du train-train quotidien.
Je crois que si l’on s’occupe des gens, les gens s’occuperont de la créativité, de leur performance au travail et de leurs clients : comme auprès nos proches, la transitivité des sentiments n’est plus à démontrer …
Comment cela se traduit sur le terrain ? Parce-que tous les cerveaux se valent et que ce sont ceux qui font qui savent, inversons la pyramide :
  1. les meilleures idées viennent du terrain, offrons-leurs un moment de liberté pour qu’elle s’expriment
  2. on n’avance pas dans un tunnel de problèmes, plaçons des portes de sorties orientée solutions
  3. on ne fait pas un marathon sans entrainement, formez-les et formez-les encore
  4. on ne fait pas l’ascension du sommet du Mont Blanc sans guide, donnons-leurs des guides de haute confiance
Je sais, vous vous dites «  encore un qui croit aux bisounours », mais je ne crois pas au management « voldemort » où l’on ne doit pas prononcer le nom des dirigeants dans les couloirs de l’entreprise….
Entre les 2, il y a la majorité silencieuse, l’entreprise avec « des gens ». Ils sont « la vie au travail », occupez-vous d’eux d’abord et ils s’occuperont de votre entreprise.